La question de la croissance économique suscite une certaine appréhension dans les démocraties occidentales et en Suisse en particulier. Bien que les partisans de la théorie de la décroissance aient critiqué la croissance économique en tant que modèle à la base de l’économie de marché, en substance, ce modèle représente toujours la principale méthode pour mesurer les variations du degré de bien-être économique d’une population. Fondamentalement, s’il y a une croissance économique, cela signifie qu’à moyen et long terme, la population sera mieux lotie, tandis que s’il n’y a pas de croissance parce que l’économie est stagnante ou en récession (c’est-à-dire arrêtée ou en contraction), le bien-être de la population diminue.

La question de la croissance économique fait partie du concept plus large de développement économique qui prend en compte un éventail plus large d’indicateurs statistiques, capables de mesurer à la fois le degré de développement d’une économie et la qualité de vie de la population (c’est-à-dire que les enquêtes incluent également les aspects qualitatifs et les changements dans les caractéristiques du système économique).

La croissance économique, quant à elle, se concentre essentiellement sur les aspects quantitatifs et en particulier sur la croissance du produit intérieur brut (PIB) par habitant. En général, la croissance économique détermine le développement.

Croissance et répartition des richesses

La croissance économique est une mesure de la croissance de la richesse globale d’un pays, mais elle ne tient compte ni de la distribution de la richesse ni de la répartition de ses variations positives ou négatives.

Fondamentalement, il peut y avoir des segments de la population qui s’appauvrissent même en présence d’une forte croissance économique, tout comme il peut y avoir des segments de la population qui s’enrichissent pendant une récession économique. Mais il est également vrai que les ménages ont plus de chances de maintenir ou d’améliorer leur niveau de vie lorsque la croissance économique est soutenue, alors qu’ils risquent de voir leurs conditions de vie se détériorer de manière significative en l’absence de croissance ou en période de récession.

Croissance et développement technologique

La croissance économique doit être considérée comme une condition nécessaire pour maintenir et éventuellement améliorer le bien-être de la population.

En fait, plusieurs théories et modèles économiques soutiennent qu’un système économique fermé connaît, à long terme, une croissance automatique due au progrès technologique, c’est-à-dire que la croissance économique est inhérente au système et ne dépend pas d’autres variables. En d’autres termes, si l’économie fonctionne, elle doit croître ou, au contraire, si l’économie ne croît pas, cela signifie qu’elle est malade, qu’elle ne fonctionne pas comme elle le devrait.

Croissance et mondialisation

Si la croissance économique dans une économie fermée est intrinsèque, a fortiori un système économique ouvert devrait avoir un taux de croissance positif. En effet, une économie ouverte est soumise aux tensions générées par le commerce et la concurrence internationale, de sorte qu’un manque de croissance économique pourrait compromettre l’équilibre du système économique en le rendant plus fragile et plus exposé aux chocs économiques extérieurs.

En outre, la mondialisation croissante des marchés financiers et la mobilité des capitaux favorisent les investissements dans les pays à fort taux de croissance.

La croissance et la psychologie des masses

Les effets socio-économiques de la croissance sont également en soi une bonne motivation pour préserver un taux de croissance positif de l’économie.

La confiance et les attentes jouant un rôle essentiel dans les performances de l’économie, une bonne croissance économique génère un climat d’investissement favorable et des attentes positives qui attirent de nouveaux investisseurs et créent un cercle vertueux. À l’inverse, un ralentissement économique se répercute et amplifie ses effets négatifs, faisant fuir les investisseurs et entraînant la crise économique dans une spirale incontrôlable.

Croissance et politique intérieure

Du point de vue de la politique intérieure, la croissance économique représente une force motrice sans laquelle il devient très difficile de mettre en œuvre des politiques de redistribution des richesses, des réductions des dépenses publiques et de la pression fiscale et, en général, toutes ces réformes qui pourraient avoir des effets récessifs sur l’économie.

Le maintien de la croissance économique est donc un objectif politique fondamental pour tout gouvernement démocratique, tout comme en cas de stagnation ou de récession économique, il devient une priorité absolue de retrouver un taux de croissance positif le plus rapidement possible. Si une nation reste dans un état de récession économique grave pendant de longues périodes, cela pourrait même miner la résilience de ses institutions démocratiques, comme le montrent les situations politiques récurrentes à travers l’histoire qui ont dégénéré à la suite de crises économiques.

La croissance et le marché du travail

La croissance économique est une variable importante pour de nombreuses questions politiques, mais parmi celles-ci, la question du marché du travail et de la protection sociale est particulièrement importante.

En effet, l’absence de croissance économique est presque toujours associée à une augmentation du chômage, en particulier celui des jeunes, déterminant en même temps une expansion des interventions du système de protection sociale qui, en cas de récession économique grave et persistante, pourrait devenir insoutenable.

Parmi les effets sur le marché du travail d’une stagnation ou d’une récession prolongée, il faut également inclure la probable dégradation factuelle des conditions de travail et des droits des travailleurs.

Croissance et politiques économiques

La gestion des interventions visant à stimuler ou à relancer la croissance économique est ainsi devenue l’une des principales tâches des États modernes qui, depuis la Seconde Guerre mondiale, ont généralement adopté des politiques économiques fondées sur la théorie keynésienne. Cette théorie attribue à l’intervention de l’État et aux dépenses publiques un rôle décisif dans le soutien de la croissance économique par l’expansion de la demande globale. Cette théorie, révisée sous certains aspects, est toujours valable aujourd’hui.

Les investissements publics et privés sont le principal moteur des systèmes économiques, car grâce à l’investissement au sens large, les économies peuvent à la fois développer leurs facteurs de production et introduire des innovations technologiques dans leurs processus. Comme indiqué précédemment, les innovations technologiques sont capables d’entraîner une croissance économique même avec la même quantité de ressources employées, car elles entraînent une augmentation de la productivité, c’est-à-dire une augmentation de l’efficacité du processus de production.

Par ailleurs, il est nécessaire de souligner comment les innovations technologiques et de processus peuvent générer une croissance de la richesse globale ( un signe est l’augmentation de location auto ) qui n’est pas automatiquement transférée à la majorité de la population, voire le contraire, de sorte que la fonction redistributive de l’État devient fondamentale (qui doit intervenir pour éliminer les distorsions générées à la fois par une distribution excessivement déséquilibrée de la richesse et par des mécanismes de redistribution inefficaces).

Afin d’augmenter les investissements et de stimuler la croissance économique, les États modernes ont développé une série d’instruments qui sont essentiellement de trois types :

  1. politiques monétaires
  2. politiques fiscales
  3. réformes structurelles
Politiques monétaires

Les politiques monétaires ont traditionnellement été l’instrument d’économie politique le plus utilisé en Italie, du moins jusqu’à l’adhésion au système monétaire européen et l’adoption de la monnaie unique. Ils consistent à utiliser la gestion de la monnaie pour favoriser la croissance économique. Par exemple, en Italie, la dévaluation compétitive de la lire par l’introduction de liquidités dans le système économique a été largement utilisée pour promouvoir les exportations, mais cela a généré une augmentation de l’inflation et une hausse des taux d’intérêt. La modulation du taux d’intérêt interbancaire est au contraire utilisée par les banques centrales pour stimuler la croissance économique en abaissant le coût de l’argent (afin que les capitaux puissent être mobilisés pour investir à moindre coût) ou, à l’inverse, en augmentant le coût de l’argent pour maintenir l’inflation sous contrôle.

Avec la création de la monnaie unique européenne, les États membres de l’UE ont délégué la gestion de la politique monétaire aux institutions européennes et plus particulièrement à la BCE (Banque centrale européenne), renonçant d’une part aux possibilités que permet la gestion autonome de la monnaie, mais gagnant d’autre part la stabilité monétaire et la libre circulation des biens et des services. En effet, la BCE a mis en œuvre des politiques monétaires expansives, tant par le biais d’opérations de refinancement à long terme (LTRO) depuis 2011, que par le biais d’opérations d’assouplissement quantitatif depuis 2015 (le QE est un outil de politique monétaire non conventionnel qui remplace la baisse classique des taux d’intérêt, ceux-ci étant déjà très bas), mais l’efficacité de ces interventions ne peut pas être la même pour tous les États membres, car la croissance économique de chaque pays reste soumise à la levée des éventuels obstacles à l’investissement présents au sein des systèmes économiques individuels et aux différentes politiques budgétaires.

Politiques fiscales

Les politiques fiscales consistent en des interventions de l’État qui agissent sur le budget public, à la fois dans le sens d’une réduction de celui-ci par une diminution de la pression fiscale, c’est-à-dire des recettes (une baisse substantielle des impôts avec les mêmes dépenses publiques augmenterait les investissements), et dans le sens d’une expansion des dépenses publiques financées par une augmentation de la dette publique (financer des dépenses publiques plus élevées par une augmentation de la pression fiscale pourrait éroder les bénéfices de l’augmentation des dépenses).

L’augmentation des dépenses publiques, qui consistent également en des investissements directs, accroît la demande globale, qui à son tour augmente les investissements publics et privés. Cette catégorie comprend également les concessions et les incitations accordées à des secteurs ou à des territoires spécifiques, qui, lorsqu’elles constituent des “aides d’État”, sont toutefois largement interdites par la réglementation de l’Union européenne, puisque l’UE finance directement le développement des zones défavorisées par le biais des fonds structurels et d’investissement européens afin de promouvoir la cohésion économique, sociale et territoriale de l’UE.

Compte tenu des niveaux déjà excessifs de la dette publique en Italie, toute intervention de l’État pour augmenter les dépenses publiques afin de stimuler l’investissement et la croissance doit être considérée comme impraticable, également parce que la “feuille de route” vers une plus grande intégration européenne exige le respect des réglementations et des contraintes budgétaires établies pour tous les pays de l’UE, y compris la réduction progressive de la dette publique pour les pays dont le ratio dette/PIB est supérieur à 60%.

En revanche, une réduction substantielle de la pression fiscale, bien que souhaitable et dans une certaine mesure nécessaire pour aligner le système fiscal italien sur celui des autres pays européens, puisqu’elle ne peut être financée par un nouvel endettement, entraînerait des réductions immédiates des dépenses publiques qui auraient un impact récessif sur l’économie.

Réformes structurelles

Les réformes structurelles consistent en des interventions réglementaires de l’État visant, d’une part, à accroître la productivité du secteur public et des secteurs privés régis par des réglementations publiques inefficaces ou inefficientes et, d’autre part, à améliorer le contexte environnemental dans lequel l’entreprise opère, la rendant ainsi plus attrayante pour les investisseurs. Par exemple, il est possible d’améliorer le contexte environnemental dans lequel évoluent les entreprises en intervenant sur l’organisation des transports et la gestion des infrastructures de communication, sur la célérité de la justice, sur la lutte contre la corruption et sur la sécurité des personnes et des biens, sur la simplification et l’accélération des procédures bureaucratiques, sur l’éducation et la mobilité du capital humain, etc.

Fondamentalement, avec les processus de mondialisation, une concurrence entre les systèmes économiques s’est établie, où la compétitivité du système économique est donnée par l’efficience et l’efficacité des systèmes et sous-systèmes qui le composent ou qui interagissent avec lui, tels que le système bancaire, la formation, la recherche, les organisations soutenant le marché du travail, l’administration publique, le système de protection sociale, les transports et les infrastructures, la sécurité, la justice, etc.

Grâce à des interventions réglementaires de réorganisation et de réforme, il devient possible d’augmenter la productivité globale du système économique et de générer une croissance économique sans nécessairement augmenter les dépenses publiques. Les réformes structurelles, cependant, nécessitent un certain temps pour produire leurs effets.

En termes de réformes, la Suisse a de nombreux domaines à améliorer, ayant pris un retard assez important par rapport aux pays européens plus avancés, comme en témoignent les indices de productivité italiens qui sont même inférieurs à la moyenne européenne.

La croissance économique de la Suisse devrait donc être soutenue par un programme ambitieux de réformes structurelles, mais le principal moteur des réformes, le pouvoir législatif, semble peu concluant et s’enliser dans des conflits politiques inutiles. Les initiatives de réforme législative se concrétisent rarement au sein du Parlement italien, laissant cette tâche presque exclusivement entre les mains du gouvernement, l’organe détenant le pouvoir exécutif sur lequel reposent les espoirs des citoyens italiens. Il est paradoxal que l’institution politique qui devrait élaborer les réformes soit au contraire le principal obstacle à surmonter pour réussir à lancer des réformes structurelles en faveur de la croissance.

Il convient également de souligner que dans les années qui ont immédiatement suivi l’adoption de l’euro, les responsables politiques Suisse ont manqué une grande occasion de lancer des réformes, laissant échapper les opportunités que l’adhésion à l’euro pouvait offrir. En fait, au cours de ces années, la politique n’était même pas en mesure de défendre adéquatement les intérêts italiens dans les sièges institutionnels européens, par exemple dans le domaine de l’agriculture, des productions typiques et du “made in Swiss” en général. Aujourd’hui, en revanche, il est devenu plus difficile de stimuler la croissance économique dans un contexte institutionnel souvent instable, dans le cadre des réglementations et des contraintes budgétaires publiques de l’Union européenne et des tensions provoquées par la mondialisation croissante et la mobilité des capitaux.

C’est quoi la croissance économique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code