“La santé”, poursuit S. Woolf, “doit être ajoutée à la liste des biens communs, non seulement en raison de sa valeur intrinsèque, mais aussi des effets que la santé produit sur l’économie : si la détresse socio-économique généralisée se poursuit, la détérioration de la santé de la population qui en résulte pourrait avoir des conséquences négatives sur la productivité du travail, la demande de soins de santé et les coûts : un scénario que ni les entreprises ni les gouvernements ne peuvent se permettre”. Le revenu et l’éducation des ménages sont des déterminants importants de la santé, mais il en va de même pour les transports, le logement, l’agriculture et d’autres politiques non liées à la santé. Les études connues sous le nom d’évaluations de l’impact sur la santé documentent bien les conséquences sanitaires des politiques non sanitaires. Des programmes qui semblent n’avoir aucun lien avec la santé, comme les travaux routiers, peuvent être transformés en stratégies de santé lorsque ceux qui les dirigent prévoient des pistes cyclables et des sentiers piétonniers pour promouvoir l’activité physique.”

“Le changement social est un outil légitime pour améliorer la santé”.

“Si la santé dépend de ceux qui conçoivent les politiques sociales, le corollaire évident pour les responsables de la santé est d’utiliser les politiques sociales pour des objectifs de santé. Bien que la plupart des médecins ne s’intéressent que de façon limitée au domaine social, ceux qui ont des rôles de responsabilité dans l’élaboration des stratégies de santé devraient avoir une vision plus large. Si la mission de la profession médicale est d’optimiser la santé, alors toutes les options les plus efficaces doivent être envisagées, et pas seulement les outils cliniques (tels que les médicaments et les tests de diagnostic), surtout lorsque d’autres outils fonctionnent mieux. Par exemple, le fait de ne pas prendre de médicaments contre le diabète est associé à une différence de taux de mortalité multipliée par trois, comme c’est le cas pour le niveau d’instruction : parmi les adultes âgés de 40 à 64 ans, les taux de mortalité dus au diabète sont de 21,42 pour 100 000 pour les diplômés de l’enseignement supérieur et de 67,30 pour 100 000 pour ceux qui n’ont fait que des études secondaires. Par conséquent, les organisations d’endocrinologie et les sociétés scientifiques qui se consacrent à l’amélioration des résultats de santé des diabétiques devraient plaider en faveur de réformes de l’éducation aussi fermement qu’elles plaident en faveur de la gestion des maladies.”

Changement du système social

“Le système doit changer pour que les questions sociales soient intégrées dans les politiques de santé. Le premier obstacle est d’ordre comportemental : les prestataires de soins de santé à tous les niveaux doivent accepter le principe selon lequel le changement social est un outil légitime pour améliorer la santé. Cet engagement implique des changements dans les tâches des responsables de la politique de santé, des médecins traitants et des chercheurs. […] Pour les médecins traitants, l’intégration du changement social dans le travail de soins ne se limite pas à demander conseil aux services sociaux. Cela implique d’identifier les objectifs sociaux de leurs patients (par exemple, trouver un emploi, un diplôme) et de coordonner avec d’autres disciplines et partenaires communautaires (par exemple, les écoles, les agences pour l’emploi, les entreprises) pour trouver des solutions. Bien que cela nécessite un financement et une infrastructure ad hoc, beaucoup pourrait être fait avec les outils existants. Par exemple, le modèle de collecte électronique des données sur les patients pourrait être repensé de manière à surveiller les conditions sociales de l’individu au même titre que les autres “signes vitaux”. Les systèmes de santé de médecine et les organismes de protection sociale pourraient travailler ensemble pour développer un système d’information intégré.”

“Les conséquences des politiques sociales sur la santé méritent une plus grande attention de la part des responsables des politiques de santé. surtout à un moment comme aujourd’hui où la nation se reconfigure pour passer un test sans précédent. Des décisions sérieuses sont sur le point d’être prises et elles affecteront les conditions de vie et donc l’état de santé de la population, pour les années à venir. Ce n’est pas le moment pour les professions de santé de se tenir à l’écart de ces questions. Ne pas reconnaître l’influence des conditions sociales sur la santé est toujours problématique – mais surtout maintenant.”

Développer sa santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code