Une utopie est une vision d’un monde futur fondamentalement positif où les humains vivent en harmonie, mais c’est un monde imaginaire, irréalisable. L’opposé de l’utopie est la dystopie. En substance, aux mondes utopiques s’opposent des mondes dystopiques, c’est-à-dire des visions d’un avenir où règnent les distorsions, les conflits et les dysharmonies.

Par conséquent, un utopiste est quelqu’un qui élabore et promeut de bonne foi des idées et des projets souhaitables, mais impossibles à réaliser en raison de leur nature même ou parce qu’ils sont déficients par rapport à la réalité et à sa dynamique.

En réalité, le concept d'”utopie” dans la communication politique contemporaine revêt une signification ambivalente, selon que l’on souhaite souligner le manque de concrétude d’une force politique et de son programme ou, au contraire, la forte charge idéale qui anime un sujet ou un programme politique.

Le sens négatif met en évidence l’incapacité du sujet politique à s’ancrer dans la réalité et souligne l’impraticabilité de ses idées, qui se perdraient donc dans l’air. On reproche donc à l’utopiste de dissiper les ressources en les orientant vers des objectifs inatteignables et de créer des projets qui ne sont en réalité que des illusions. Une conception de la politique comprise comme un activisme politique, comme un instrument d’action, tend à renforcer le sens négatif du terme.

Le sens positif émerge, au contraire, lorsque le terme utopie est utilisé dans le sens d’idéal, d’un projet qui n’est certainement pas réalisable à court ou moyen terme, mais qui pourrait l’être dans un temps indéfini. Dans ce cas, l’utopie fonctionne comme un phare qui illumine et inspire l’action des individus et des organisations au fil du temps. Par exemple, la paix dans le monde est considérée comme une belle utopie qui inspire l’action concrète de nombreux individus et organisations humanitaires. Une conception de la politique comme une activité visant à influencer et à inspirer la société tend à renforcer le sens positif du terme.

Ce terme, dans ses différentes déclinaisons d’adjectif et de substantif, est souvent utilisé pour désigner des forces et des positions politiques radicales, dans un sens comme dans l’autre.

Le terme a été inventé par Thomas More vers 1516, dans son livre intitulé Utopia. L’utopie est le nom donné à une république imaginaire dans laquelle la société est organisée rationnellement dans une communion totale des biens, où il n’y a pas d’avocats et où les citoyens sont rarement envoyés à la guerre, mais où l’on engage des mercenaires des nations voisines. Le mot “utopie” a probablement été inventé par Moro pour rappeler un double sens : en grec, “outopia” équivaut à “aucun endroit” tandis que “eutopia” équivaut à “bon endroit”.

C’est quoi une utopie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code