La droite et la gauche sont des concepts que les citoyens entendent souvent répéter par les politiciens et les commentateurs. La droite et la gauche sont des catégories pleines de contenus à forte coloration politique, ce sont même des catégories pleines de concepts politiques parfois contradictoires.

Par exemple, la justice sociale est-elle un concept de droite ou de gauche ? Certainement de gauche, mais pour un représentant de la droite sociale, c’est sans aucun doute un concept de droite. L’autoritarisme et le totalitarisme sont-ils de droite ou de gauche ? Hitler était de droite, Staline de gauche. L’intervention de l’État dans l’économie est-elle de droite ou de gauche ? L’économie planifiée est un concept développé par la gauche mais les nationalisations sont un étendard de la droite. Et l’on pourrait continuer encore et encore. En fait, dans l’histoire des doctrines politiques, il n’existe pas de théorie politique de droite, tout comme il n’existe pas de théorie politique de gauche.

En politique, la droite et la gauche sont des récipients dont le contenu varie dans le temps et l’espace. En pratique, bien qu’ils n’aient plus le sens littéral originel de l’époque où ils étaient utilisés pour désigner les forces politiques qui siégeaient sur les bancs de droite ou de gauche du parlement français, ils ont conservé leur fonction d’indication d’un lieu, non plus physique mais abstrait, conceptuel et fonctionnel à l’évolution des affrontements politiques qui tendent fréquemment vers la polarisation.

Dans ce sens, la gauche et la droite existeront toujours. D’autant plus que les catégories de droite et de gauche remplissent une fonction agrégative de concepts et d’idées politiques, étant utilisées pour indiquer des forces politiques aux caractéristiques similaires en opposition à une autre agrégation de forces politiques. Dans la communication politique, les catégories de droite et de gauche ont également pour fonction, pas toujours positive, de simplifier l’image politique pour le citoyen avec la proposition de la question : êtes-vous de gauche ou de droite ? Ce qui revient à dire : êtes-vous avec nous ou avec eux ?

Le problème de l’utilisation de ces catégories politiques se pose lorsque l’électeur doit se demander : pour quoi faire ? Et ce n’est pas un petit problème. Car c’est précisément sur cette simple question que les catégories de droite et de gauche créent beaucoup de confusion et risquent de nous coincer avec une série de définitions de ce qui est de droite et de ce qui est de gauche. “Il est évident que les gens ne sont pas très sérieux quand ils parlent de gauche ou de droite”, a chanté Giorgio Gaber.

En fait, le problème de communiquer quels sont les contenus politiques de la droite et ceux de la gauche ne peut être surmonté qu’en se référant aux deux plates-formes politiques qui prévalent dans une période historique donnée et dans des contextes géographiques spécifiques, en tenant compte du fait que ces contenus peuvent aussi être dans une phase de réélaboration, comme par exemple en Italie et dans d’autres pays occidentaux.

En d’autres termes, la droite et la gauche sont des concepts abstraits et changeants qui n’identifient pas automatiquement un certain programme politique ou certaines valeurs : ceux qui étaient de droite en 1968 soutenaient un programme politique très différent et, à certains égards, opposé à ceux qui étaient de droite en 1994, et il en va de même pour ceux qui étaient de gauche. Par exemple, au moins jusqu’à la chute du mur de Berlin, la gauche italienne était dominée par une plate-forme politique profondément différente de celle de la gauche anglaise.

Que veulent donc dire les politiciens et les commentateurs lorsqu’ils parlent de droite ou de gauche en Italie ? Il faut distinguer si les termes gauche et droite sont utilisés pour désigner un parti politique ou s’ils sont utilisés pour désigner le contenu d’un parti politique. Dans le premier cas, le sens est clair, dans le second cas, nous entrons dans le champ des interprétations qui dépendent en partie de celui qui parle et en partie de celui qui écoute, c’est-à-dire de leurs contextes politiques et culturels respectifs.

En effet, puisqu’il n’existe pas d’opposition claire entre deux idéologies politiques dominantes, comme par exemple pendant la guerre froide, les catégories de droite et de gauche, non étayées par des informations historiques et géographiques ou par la référence à une plate-forme politique spécifique, se prêtent désormais à une interprétation très subjective.

En outre, les définitions de la droite et de la gauche qui se réfèrent à l’histoire politique italienne de l’après-guerre doivent faire face à un système politique particulier, dominé par les partis dits du centre et par la marginalisation des mouvements politiques de droite et de gauche.

Étant donné les particularités du système politique italien, notamment la prévalence dans le langage commun d’une vague signification négative des termes droite et gauche – d’une part pour l’héritage fasciste et d’autre part pour l’héritage communiste -, dans la 3ème République, l’affrontement entre la droite et la gauche deviendra entre le centre-droit et le centre-gauche.

Quoi qu’il en soit, si l’on se réfère au passé récent, il semble que les forces politiques de droite (ou de centre-droit si l’on veut continuer à utiliser cette définition) aient réussi à actualiser leur plate-forme politique dominante plus efficacement que les forces politiques de gauche.

Comprendre la droite et la gauche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code